Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2022

Richard Rognet

La hauteur me manque

      j'en suis toujours

            à baver sur les mousses,

 

étoile en moi brûlante,

      son image si loin, dans l'appel

            d'une perfection jamais osée.

 

Un cri demeure ici,

      la-bas, venu d'on ne sait

            quelle naissance,

 

la mienne, peut-être, dans l'empreinte

      laissée, abandonnée

            aux pierres par une femme

 

à peine figurée. Monter vers où ?

      à l'intérieur qui aspire

            le dehors ? Le ciel

 

meurt en nous, suivant les courants

      du sang, liquide imparfait

            où ne se joue pas le destin.

 

* * *

 

Je viens de déchirer
      un mot, pour voir
            ce qu'il avait dans
                  le ventre, je viens

de me faire grand
      mal, j'ai entendu
            les cris de la défaite
                  de ses frères, parce qu'il

faut bien admettre
      que ce mot anéanti
            entraîne avec sa mort
                  toute ma vie passée.


( Le Porteur de nuages, éd. de Corlevour, 2022, 74 p. )

 

 

Richard Rognet : Né en 1942. Parmi ses autres recueils : Petits poèmes en fraude (Gallimard, 1980, 1997, 2012) ; Recours à l'abandon (Gallimard, 1992) ; Dérive du voyageur (Gallimard, 2003) ; Un peu d'ombre sera la réponse (2009, 2014) ; Élégie pour le temps de vivre, suivi de Dans les méandres des saisons (Gallimard, collection Poésie, 2015) ; La jambe coupée d'Arthur Rimbaud (éd. L'Herbe qui tremble, 2018).

 

Écrire un commentaire