Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2016

Yves Bonnefoy (1923 - 2016)

 

Une pierre

 

Longtemps dura l'enfance au mur sombre et je fus

La conscience d'hiver ; qui se pencha

Tristement, fortement, sur une image,

Amèrement, sur le reflet d'un autre jour.

 

N'ayant rien désiré

Plus que de contribuer à mêler deux lumières,

O mémoire, je fus

Dans son vaisseau de verre l'huile diurne

Criant son âme rouge au ciel des longues pluies.

 

Qu'aurai-je aimé ? L'écume de la mer

Au-dessus de Trieste, quand le gris

De la mer éblouissait

Les yeux du sphinx déchirable des rives.

 

 

Pierre écrite (1965)   in : Poèmes (Poésie Gallimard, 1982)

 

 

 

On me parlait

 

On me disait non, ne prends pas, non, ne touche pas, cela brûle. Non, n'essaie pas de toucher, de retenir, cela pèse trop, cela blesse.

On me disait : lis, écris. Et j'essayais, je prenais un mot, mais il se débattait, il gloussait comme une poule effrayée, blessée, dans une cage pleine de paille noire tachée de vieilles traces de sang.

 

La vie errante  (Mercure de France, 1993)

 

 

 

Yves Bonnefoy

(1923 - 2016). Parmi ses autres recueils : Du mouvement et de l'immobilité de Douve (1953) ; Hier régnant désert (1958) ; Anti-Platon (1962) ; Dans le leurre du seuil (1975) ; Rue Traversière (1977) ; Ce qui fut sans lumière (1987) ; Là où retombe la flèche (1988) ; Début et fin de la neige (1991) ; Plus loin, plus vite (1996) ; L'encore aveugle (1997) ; La pluie d'été (1999), Les planches courbes (2001).

Récit : L'écharpe rouge (2016).

Nombreux essais sur l'écriture poétique, la traduction, la peinture.

Traducteur de Shakespeare.

 

 

Écrire un commentaire