15/10/2014

Georges Cathalo

 

 MOT

 

à Lucien Enderli

 

on cherche encore un mot

à travers les paroles entendues

au fil des pages que l'on feuillette

ou des écrans incertains

 

on cherche une parole douce

qui ferait redresser la tête

 

on cherche un mot que rien n'entraverait

dans la présence de ce qui survient

comme un léger moment de grâce

 

une herbe fine presque invisible

poussant dans une rainure

entre deux blocs de béton

un mot un seul un seul mirage.

 

 

La feuillée des mots. - éd. Henry, 2014. - 32 p.

 

Georges Cathalo

Né en 1947. Parmi ses autres recueils : Carnet des relevés du cadastre poétique (éd. Carnets du Dessert de Lune, 2001) ; Des mots plein les poches (éd. Milan, 2002) ; Noms communs (éd. Gros Textes, 2004) ; Quotidiennes pour oublier (éd. La Porte, 2006) ; Absurdement vôtre (éd. Mots & Cie, 2006) ; L'échappée (éd. Encres Vives, 2006) ; Brèves d’Ovalie (éd. Chiflet & Cie, 2007) ; Quotidiennes pour dire (éd. La Porte, 2007) ; A l’envers des nuages (éd. Encres Vives, 2009) ; Noms communs, deuxième vague (éd. Gros Textes, 2010).

 

 

08/10/2014

Marilyse Leroux

 

Le ciel en nous

est un arc

infiniment tendu

 

Il vibre du poids

des silences retenus

 

Un corps d'oiseau

dans la trouée de l'air

lui renvoie

son appel perdu.

 

Le temps d'ici. - éd. Rhubarbe, 2013. - 76 p.

 

 

Marilyse Leroux

Née en 1955. Parmi ses autres recueils : Herbes (éd. Donner à Voir, 1995) ; Grains de lumière (éd. L'Épi de seigle, 1999) ; Le fil des jours (éd. Donner à Voir, 2007) ; Quelques roses pour ton jardin (éd. Atelier de Groutel, 2011).

 

00:54 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, poésie

29/09/2014

Philippe Costaglioli

 

Une aigrette

                    plane

                                  se pose

se love contre la lame bleue

 

 

 

Depuis

                 rien

 

ne m'intéresse

que la pâleur

                                      des feuilles

 

 

les nervures de ton sang

 

 

                        * * * * *

 

Tu souris

 

tu portes

une couronne

d'oiseaux brisés

 

 

                       * * * * *

 

La source

 

a pris

la flamme

 

par la main

 

La maison

                 sans début

et la maison

                 sans fin

brûlent

 

                             Et toi

                             tu m'ouvres

 

                            les persiennes

                            de la mer

 

 

                       * * * * *

 

Capitaine

du rien

 

Je roule en moi

tout le sang

des naufrages.

 

 

                       * * * * *

 

L'autre

 

                     la seule liturgie

           que l'être s'autorise

 

 

 

Un bout d'os sur la langue. - éd. de L'Arrière-Pays, 2002. - 78 p.

 

 

Philippe Costaglioli

Né en 1964. Un autre recueil, Loin de chez soi, paraîtra en 2015 aux éditions de L'Arrière-Pays (site ci-contre).

 

 

16:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, poésie