16/07/2014

Laure Cambau

 

J'ai une peau parallèle

toute de mots vêtue

qui masque mes entailles

parfois

les poissons mordent ma cage

mangent les lettres du bord

j'ai une mère clandestine

cachée au fond des yeux

pour elle

le soleil est toujours ouvert

et j'écris des chats minuscules

qui tombent

de la rue la plus sombre

de mon cerveau

 

 

Le couteau dans l'étreinte. - éd. Phi, éd. Les Écrits des Forges, 2007. - 112 p.

 

 

Poème repris dans l'anthologie L'Année poétique 2008

(Seghers, 2008, 296 p.)

choix de Patrice Delbourg, Jean-Luc Maxence

et Florence Trocmé ; avant-propos de Bruno Doucey.

 

 

Laure Cambau

Née en 1959. Parmi ses autres recueils : Boulevards lunatiques (éd. Brocéliande, 1998) ; Et le pourboire des anges ? (éd. de L'Amandier, 2005) ; L'homme dans la baignoire (éd. de L'Amandier, 2005) ; Lettre au voyou céleste (éd. de L'Amandier, 2010).

 

 

21:37 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

16/06/2014

Richard Rognet

 

Appelle dans la nuit la vigueur

des étoiles, les voix du monde

ne meurent point, tu n'oublies

rien de ce que fut la vie de tes amis

dont la présence, bien souvent, éloigna

tes hantises. Leur visage a parfois

la forme des nuages qui, dans un ciel

d'été, chapeautent les montagnes,

 

et leurs yeux, comme les fleurs

qui s'ancrent, au printemps,

dans les prés, leurs yeux colorent

tes chers souvenirs, réveillant,

dans ta mémoire, la place insoupçonnée

d'un immortel amour. Appelle

 

dans la nuit, appelle les étoiles

vigoureuses. Qu'elles bourdonnent,

comme un feu, dans les paroles

souterraines qui parcourent ton corps.

 

 

 

 Poème présent dans l'anthologie du PEN CLUB français,

réunie par Françoise Coulmin :

Liberté de créer, liberté de crier :

contre les censures visibles et invisibles

(préfaces de Sylvestre Clancier et Jean-Luc Despax).

- éd. Les Écrits du Nord, éd. Henry, 2014. - 128 p.

 

 

Richard Rognet

Né en 1942. Parmi ses recueils : Les ombres du doute (Belfond, 1979) ; Petits poèmes en fraude (Gallimard, 1980) ; Recours à l'abandon  (Gallimard, 1992) ; Lutteur sans triomphe (éd. L'Estocade, 1996) ; Belles, en moi, belle (éd. La Différence, 2002) ; Juste le temps de s'effacer (éd. Le Cherche-Midi, 2002) ; Dérive du voyageur  (Gallimard, 2003) ; Le visiteur délivré (Gallimard, 2005) ; Le transi (éd. Aspect, 2006) ; Je suis cet homme  (éd. Aspect, 2006) ; Le promeneur et ses ombres (Gallimard, 2007) ; Un peu d'ombre sera la réponse (Gallimard, 2009) ; Élégies pour le temps de vivre (Gallimard, 2012) ; Dans les méandres des saisons (Gallimard, 2014).

 

11:25 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poème, poésie

01/05/2014

Chantal Danjou

 

La mer au bout. L'allée plantée inlassablement de deux ténèbres et un flambeau. Ils marchent... Les palmes s'affaissent. D'amusants petits temples glissent le long des bras et des jambes. Pierres, tuiles, bois, lueurs éboulent le chemin. Ils lèvent bien de temps en temps une main. L'âge se perche sur une épaule, sur l'autre. La mémoire fait semblant de parler. Il leur est dit qu'il y a des perroquets bariolés. Ils n'ont jamais réussi à voir de tels oiseaux ni celui qui raconte des histoires.

 

* * *

 

L'immobilité après la joie. L'amour ramène aux montagnes. Pareil oiseau qui danse au fil du vent. Qui culmine à ce point où le sommet est dessaisi par la brume.

 

 

La mer intérieure, entre les îles.

- éd. Mémoire vivante, 2012. - 90 p.

 

Poème repris dans l'anthologie de Jean-Louis Clarac :

Vibrations en partage :

les moments poétiques d'Aurillac, 2006-2013.

- éd. La Porte des Poètes, 2014. - 130 p.

 

 

Chantal Danjou

Née en 1960. Parmi ses autres recueils : Muse au beau visage penché (éd. Encres vives, 1996) ; D'ocre et de théâtre (éd. Encres vives, 2003) ; Malgré le bleu (éd. du Nouvel Athanor, 2005) ; Toko no ma (éd. L'Improviste, 2005) ; Poètes, chenilles, les chênes sont rongés (éd. Tipaza, 2008) ; Blanc aux murs rouges (éd. Encres vives, 2009) ; L'oreille coupée (éd. Encres vives, 2012).

Également présente dans l'anthologie rassemblée par Françoise Coulmin : Liberté de créer, liberté de crier : contre les censures visibles et invisibles (PEN CLUB français, éd. Henry, 2014, 128 p. préfaces de Sylvestre Clancier et Jean-Luc Despax).

 

 

 

18:25 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, poésie