Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2017

Étienne Orsini

 

Une seconde d'inattention et le monde a changé. Tous mes repères sont saccagés. Mes marques demeurent introuvables. Hier me retient dans ses griffes, d'où demain ne me sauvera pas ni même n'essaiera. Un rien de transformé à la surface des choses et des êtres aimés m'interdit les choses et les êtres aimés.

L’insensible m'engourdit tout entier et la nostalgie du sensible m'est l'ultime douleur. Je voudrais tant avoir la force de mes pleurs mais je suis vieux dans un corps si jeune. Un géronte alité avant que d'être né. Il n'aurait pas fallu rêver.

 

 

 

A perte d'oubli. - éd. Le Nouvel Athanor, 2006. - 104 p. 

In : L'Année poétique 2007 

/ Patrice Delbourg et Jean-Luc Maxence ;

préface de Bruno Doucey (éd. Seghers, 2007).

 

 

Étienne Orsini

Né en 1968. Parmi ses autres recueils :  Mais je reviens de l'immobile (Le Nouvel Athanor, 2004, préface de Jean-Luc Maxence) ; Veillée d'âme (éd. Le Nouvel Athanor, 2008, préface de Bruno Doucey) ; Autant que ciel se peut (éd. Le Nouvel Athanor, 2010, préface de Salah Stétié) ; Gravure sur braise (éd. Le Nouvel Athanor, 2013, préface de Michel Cazenave) ; Un paysage, à l'arbre près (éd. L'Esprit de la lettre, 2014) ; Un visage ne va pas de soi (éd. Recours au Poème, 2015) ; Répondre aux oiseaux (éd. Pippa, 2016).

 

 

 

 

27/12/2016

Jean-Yves Masson (4)

 

Une offrande (2e version)

(extraits)

 

Le temps n'aime pas les larmes, qui s'apitoie sur tout et rien

pourvu que ce soit de très loin, mais fuit la mort

quand elle s'approche, et dédaigne la compassion

qui tend la main à la misère dans les rues. Mais les larmes

sont le don de la terre au cœur de l'homme, elles montent du fond de la terre

comme la sève, elles sont une eau jaillie du sommeil.

 

(...)

 

Or donc je vous ferai confiance, mots qui me furent

donnés par la voix de ma mère, aux confins du pays des cinq fleuves,

sur une terre où la frontière avait tracé d'invisibles méandres,

dans un jardin peuplé de roses pour l'éveil. Je vous prendrai

comme vous êtes, imparfaits et parfaits à l'avenir, sans plus chercher

à exiger de vous autre chose que d'être corps

mêlés d'âme incertaine, argile humide de la langue, bonheur caché

sous la splendeur de ce manteau de terre que nous nommons

parfois, quand il nous plaît, un paysage. Et j’habiterai ce pays.

 

(...)

 

En toi l'enfant vivait encore, une petite fille

qui voulait un jardin avec une allée où courir,

et tu sortis de la maison, sans plus sentir

le froid vif de l'hiver. Je te vois, il me semble te voir,

qui sans effort rejettes les liens de la chair et délaisses

sans un regret ce simple manteau de la vie, et glorieuse et légère,

qui sors dans le jardin, vers la campagne,

dans la nuit finissante, et touches d'un doigt invisible

tous les rosiers que tu rencontres, ces plantes nues

que tu aimais.

 

(...)

 

Et je veux travailler, ma mère,

oui, travailler à vivre et tâcher au plus dur :

être homme simplement, dans un monde où l'humain

nous reste entièrement à inventer. Car nous avons oublié

ce que savaient les anciens jours, nous nous méfions

de l'humaine nature, avec raison, mais nous ne comprenons plus rien

de ce qu'est l'homme, ni de ce que sont les vivants.

Les vivants sont des âmes. Et parce que nous avons

de toutes les façons renié les fins de l'âme,

pour cela seul, le pire dans les siècles est advenu.

 

(...)

 

Tu m'appris la sagesse et le sommeil,

tu m'appris les signes tracés sur la page, et la musique qui console

et qui transporte, et, comme seul le pourrait un ange, châtie

les ingrats qui maudissent la vie. La musique parfaite qui dit

la mort, et qui n'embellit pas la mort.

Tu m'as donné le monde avec les livres,

et pour toujours cette seule compagne que je nomme

poésie.

 

(...)

 

Car c'est la joie qui nous relie. Et c'est donc

par la joie qu'il faut finir, c'est elle

qui lie, de ses bras d'offrande.

 

 

 Poème publié dans le n° 117 (septembre 2016) de la  revue ARPA (Clermont-Ferrand)

 

(J'ai quelque scrupule à faire lire ce magnifique poème de six pages ainsi mutilé, mais j'espère que ces fragments vous donneront désir d'aller le découvrir)

 

Jean-Yves Masson 

Né en 1962. Recueils : Offrandes (Voix d'encre, 1995) ; Onzains de la nuit et du désir (Cheyne, 1995 et 1999, Prix Roger Kowalski) ; Poèmes du festin céleste (L'Escampette, 2002) ; Neuvains de la sagesse et du sommeil (Cheyne, 2007, Prix Max Jacob, Prix François Coppée, Prix de la Fondation Rainer Maria Rilke).

Également romancier, nouvelliste, essayiste, traducteur (Hofmannsthal, Rilke, Yeats, Mario Luzi, ...), directeur de collection, fondateur des éditions de la Coopérative, coéditeur de l'Histoire des traductions en langue française en quatre volumes (Verdier), professeur de littérature comparée à l'université de Paris IV Sorbonne.


Déjà invité dans Poésiemaintenant, les 30 avril 2006, 21 octobre 2008 et 6 octobre 2012.

 

 

 

02/07/2016

Yves Bonnefoy (1923 - 2016)

 

Une pierre

 

Longtemps dura l'enfance au mur sombre et je fus

La conscience d'hiver ; qui se pencha

Tristement, fortement, sur une image,

Amèrement, sur le reflet d'un autre jour.

 

N'ayant rien désiré

Plus que de contribuer à mêler deux lumières,

O mémoire, je fus

Dans son vaisseau de verre l'huile diurne

Criant son âme rouge au ciel des longues pluies.

 

Qu'aurai-je aimé ? L'écume de la mer

Au-dessus de Trieste, quand le gris

De la mer éblouissait

Les yeux du sphinx déchirable des rives.

 

 

Pierre écrite (1965)   in : Poèmes (Poésie Gallimard, 1982)

 

 

 

On me parlait

 

On me disait non, ne prends pas, non, ne touche pas, cela brûle. Non, n'essaie pas de toucher, de retenir, cela pèse trop, cela blesse.

On me disait : lis, écris. Et j'essayais, je prenais un mot, mais il se débattait, il gloussait comme une poule effrayée, blessée, dans une cage pleine de paille noire tachée de vieilles traces de sang.

 

La vie errante  (Mercure de France, 1993)

 

 

 

Yves Bonnefoy

(1923 - 2016). Parmi ses autres recueils : Du mouvement et de l'immobilité de Douve (1953) ; Hier régnant désert (1958) ; Anti-Platon (1962) ; Dans le leurre du seuil (1975) ; Rue Traversière (1977) ; Ce qui fut sans lumière (1987) ; Là où retombe la flèche (1988) ; Début et fin de la neige (1991) ; Plus loin, plus vite (1996) ; L'encore aveugle (1997) ; La pluie d'été (1999), Les planches courbes (2001).

Récit : L'écharpe rouge (2016).

Nombreux essais sur l'écriture poétique, la traduction, la peinture.

Traducteur de Shakespeare.