Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

Mireille Fargier-Caruso (2)

 

Bien sûr l’indigence du dire mais

Perdure vive l'odeur de prune

 

Et dans l'oreille le claquement régulier

De la corde à sauter frappant le sol

 

Bruit de clé ouvrant l'enfance

            C'est le matin

 

 

* * * * *

 

 

Ici et là la vie se glisse avec ses bruits d'eau

La goutte rouge du géranium perçant la pénombre

Coquillages vestiges lumineux du mois d'août

 

Livre abandonné sur la table

Semences qui tentent d'ébrouer l'insomnie

 

Un chant scandé par-dessus la pluie

Réponses toujours inappropriées

 

Ce qui reste de la beauté

Une éclaircie

 

Quelle échappée ?

 

 

* * * * *

 

 

Diminuer lentement

Amarré à tous les silences

 

Frayeurs à cisailler

l'une après l'autre

Pour pouvoir faire alliance

Et que naisse le fruit

 

Usé le ciel se renverse

Perché sur la gouttière

Prêt à tomber

 

Une pierre

Au fond d'un puits

 

 

* * * * *

 

Dans le jeu des éclats de bonheur

 

A la femme reconnue choisie aimée

Elle vole son sourire son prénom sa démarche

Elle est l'autre

Se colorie les ongles en rouge avec la craie

 

Aussi dans ses rêves lorsqu'elle se perd de vue

 

 

Très tôt il est question

De se perdre de vue

 

 

 

Un lent dépaysage. - éd. Bruno Doucey, 2015. - 86 p.

 

 

Mireille Fargier-Caruso

Née en 1946. Parmi ses autres recueils : Entre les points et la parole (éd. Le Cherche-Midi, 1981) ; Limites (éd. Le Pont de l'épée, 1984) ; Visage à édifier (éd. Le Méridien, 1988) ; Contre-ciel (éd. Le Pré de l'âge, 1990) ; Séquences au loin (éd. Poésimage, 1991) ; Heures d'été ou l'envers de l'ombre (éd. Arclettres, 1991) ; Blues notes (éd. Le Pré de l'Age, 1992) ; Lettre à L. (éd. Froissart, 1993) ; Même la nuit, persiennes ouvertes (éd. le Dé bleu, 1989) ; Dimanche, je vous aime (éd. Pré carré, 2001) ; Silence à vif (éd. Paupières de terre, 2004) ; Rendez-vous Septembre (bilingue français-grec, collages de Christos Makridakis, éd. Transignum, 2004) ; Ces gestes en écho (éd. Paupières de terre, 2006) ; Le don des arbres (peintures de Sarah Wiame, éd. Céphéides, 2007) ; Un peu de jour aux lèvres (éd. Paupières de terre, 2010).

Déjà invitée dans Poésiemaintenant le 1er mars 2008.

 

00:05 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, poésie

Écrire un commentaire