Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2008

Jean Rousselot

 

Je reviens sur mes dires

 

 

Telle une algue au gré de la Sorgue

Tel un nuage au gré du vent

Je reviens sur mes dires

D'humble ludion de la souffrance

 

Mourir est donc tout à fait

Nécessaire

Sinon il faudrait abolir

L'altérité

Dont nous séduisent les offenses

Ou que nous offensons d'amour

Et dissiper le vague fumet d'espoir

Qui circule dans les rues carbonisées

 

La poésie elle aussi doit disparaître

Ce n'est qu'une vipère déclarée légale

Par celui qu'elle mord.

 

 

Passible de... - Autres temps, 1999. - 93 p.

 

 

 

Jean Rousselot

 

(1913 - 2004)

Un des membres de " L'École de Rochefort ", aux côtés de René Guy Cadou, Michel Manoll, Luc Bérimont, Jean Bouhier, Marcel Béalu, Louis Guillaume, ...

Parmi ses très nombreux recueils : Les moyens d'existence : oeuvre poétique 1934-1974 (Seghers, 1976) ; Poèmes choisis : 1975-1996 (Rougerie, 1997) ; Proses (Multiples, 2002) ; Est resté ce qui l'a pu (Autres temps, 2002) ; Minimes (Les Deux-Siciles, 2003).

Également romancier, essayiste, nouvelliste, ...

A signaler : Jean Rousselot ou la volonté de mémoire / François Huglo. - Le Dé bleu, 1995.

Ainsi que : Jean Rousselot, poète du sang versé, du corps vibrant / Jean-Noël Guéno. - Revue Linea, n° 4, été 2005, pp. 83-92.

 

Commentaires

oui sacrément écrivain que j'ai découvert grâce à rené guy Cadou et le magnifique DVD consacré à ce dernier par Jacques Bertin

félicitations pour le choix du poème aussi !

Écrit par : marc | 01/01/2008

ABOLITIONNISTE

Abolir l'altérité cette aubaine
Mourir revient à abolir l'altérité
Supprimer les pourquois inutiles
Libère de l'oxygène
Et du souffle disponible
Pour respirer ou poétiser
Suivant un emploi du temps défunt
La légalité est pour les enfants
De la peur qui créent des lois
Pour protéger on ne sait qui
D'on ne sait quoi
Alors même qu'il n'est nul danger

Écrit par : gmc | 01/01/2008

oh non surtout ne pas abolir la poésie surtout celle de Rousselot

seulement lire ce poème


"il faudrait être encore plus simple
entrer dans la simplicité du vent
su linge qui pend sur la corde...

etc


bonne année à ce blog et à ses poètes

Écrit par : adeline | 09/01/2008

Écrire un commentaire