Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2011

Yvon Le Men (2)

 

Bugueles. Bugel ? Balade au bord de la grève de l'enfant. L'enfant que j'ai sauvé en moi se promène au bord du rivage, au point de départ des départs. Tu épèles quelques mots marins et ouvres un autre monde : le flux, l'étale et le jusant ; l'île, le rivage, le continent. Nous sommes des aventuriers, des poètes, des marcheurs et nous cherchons au fond du ciel le charme dans le nuage et sur l'épave, les traces de l'étrange pays. Aujourd'hui nous découvrons un squelette de goéland intact. Comme si la mort avait attendu l'oiseau, cachée dans les herbes et le vent mélangés au sel, et lui avait laissé le beau mouvement d'envol pour son ultime voyage, le nôtre.

C'est le vaisseau blanc. Aucune odeur de pourriture : les ligaments sont secs. Les os sont fragiles et fins. C'est une leçon de choses comme on disait autrefois quand nous appelions la forêt d'Amazonie la forêt vierge et les neiges du Mont Blanc les neiges éternelles.

 

* * *

 

Ne pas entendre les oiseaux

mais les voir écouter

 

Marcher au bord du gel

et se tremper les pas

 

La neige est trop chaude

et coule dans la laine

 

S'endormir sur un banc de bois éteint

et ne pas se rallumer

 

Baigner ses doigts dans l'eau tiède

avant d'éplucher la soupe

 

Abandonner l'outil au bord de la route

et rentrer ses deux mains nues

 

Pour que l'une d'entre elles, au moins

réchauffe l'autre

 

Se désoler d'une vitre qui tourne le dos au ciel,

d'un carreau qui a peur de la lumière

 

Qu'y a-t-il de plus propre que la neige ?

 

* * *


pour le Vieux Vaïnamoinen, Père des poètes finnois

 

A l'origine

l'enfant quitta le monstre

Les poissons

une dernière fois

lui ressemblèrent

 

A l'origine

l'enfant marcha de la glace à la pierre

de la pierre au bois

du bois

jusqu'au feu

 

Au fond de lui

les cris cherchaient des mots

les mots cherchaient des ailes

deux ailes blanches fixées sur une écorce

 

Du ventre du bouleau

naquirent deux yeux

deux yeux clairs

comme du ciel qui sèche à la fenêtre

comme un mouchoir qui consolerait les dieux

 

Alors la main

rencontra l'autre main

Le jour ne souffrit plus par la nuit

la terre par le ciel

 

Alors l'enfant

apprivoisa l'homme

qu'il était devenu

 

 

Ces trois textes viennent du même recueil :

Quand la rivière se souvient de la source. - éd. Jean Picollec, 1988.

 

 

Yvon Le Men

Né en 1953. Parmi ses autres recueils : Vie (éd. L'Harmattan, 1977) ; En espoir de cause (éd. L'Harmattan, 1978) ; Le pays derrière le chagrin (éd. Gallimard, 1979) ; A l'entrée du jour (éd. Flammarion, 1984) Le chemin de halage (éd. Ubacs, 1991) ; La patience des pierres (suivi de) L'échappée blanche (éd. Rougerie, 1995) ; Il fait un temps de poème (éd. Filigranes, 1996) ; Une rose des vents : conversation avec Christian Bobin (Paroles d'Aube, 1997) ; L'écho de la lumière (éd. Rougerie, 1997) ; L'étoile polaire (éd. Paroles d'aube, 1998) ; Le jardin des tempêtes : choix de poèmes 1971-1996 (éd. Flammarion, 2000) ; Le loup et la lune (éd. Rougerie, 2001) ; Un carré d'aube (éd. Rougerie, 2004) ; Agenda de la mer 2007 (éd. Arthaud, 2006) ; Besoin de poème (éd. Seuil, 2006) ; Chambres d'écho (éd. Rougerie, 2008) ; Vingt ans : 1971-1976 (éd. La Passe du Vent, 2011) ; A louer chambre vide pour personne seule (éd. Rougerie, 2011) ; Le point J (éd. AEDAM Musicae, 2011) ;

Romans : Elle était une fois (éd. Flammarion, 2003) ; Si tu me quittes, je m'en vais (éd. Flammarion, 2009)

Nouvelles, récits, essais, lettres, proses : La clef de la chapelle est au café d'en face (éd. Flammarion, 1997) ;  On est sérieux quand on a dix-sept ans (éd. Flammarion, 1999) ; Besoin de poème : lettre à mon père (éd. du Seuil, 2006) ; Le petit tailleur de shorts (éd. Flammarion, 2009).

 

Pour aller plus loin : http://calounet.pagesperso-orange.fr/biographies/lemen_biographie.htm

http://www.printempsdespoetes.com/index.php?rub=poetheque&page=14

http://guyallix.art.officelive.com/yvonlemen.aspx

http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?article101

http://www.dailymotion.com/video/xe3sco_rencontre-avec-yvon-le-men_creation

http://armorpassion.com/poesie/poetes%20breton/yvon%20le%20men/yvonlemen.htm

http://www.youtube.com/watch?v=dEfP7ufJSAY

http://remue.net/cont/yvonlemen_artiste.html

http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2052

 

Déjà invité dans Poésiemaintenant, le 6 juillet 2006.

 

 

06/12/2011

Maria Desmée


Tu me clames et me langues muette

dans le vertige des rondes

en l'arpège des cordes déchaînées

une brise accorde l'archet de ton corps

au rythme des musiques ancestrales

dans l'émoi de mon corsage défait


Tu merveilles et promesses

Je te lis chevet et attache

dans la chevelure des tournures

en cascades d'un soleil rompu.



Festins de lumière / préface de Jean-Louis Rambour.

- éd. Corps Puce, 2010. - 54 p. (collection Liberté sur Parole)



Maria Desmée

Née en en 1952 en Roumanie. Vit en France depuis 1982.

Plasticienne, nombreuses expositions depuis 1990 en région parisienne, Normandie, Picardie, Suisse, Chine, Grande-Bretagne, Italie, aux U.S.A., ...

Travaille régulièrement avec des poètes, parmi lesquels Vénus Khoury-Ghata, Werner Lambersy, Patricia Castex Menier, Jean-Pierre Verheggen, Alain Hélissen, Béatrice Libert, Max Alhau, Jeanine Baud, Bernard Noël, Véronique Bergen,  Pierre Maubé, Maria Mailat, Serge Ritman, Anne-Marie Clément, Hughes Labrusse, Teresa Rita Lopez, Yves Jouan, Gilbert Desmée, ...

Fondatrice, aux côtés de Gilbert Desmée, de la revue de poésie Sapriphage (1988-2001).


03/12/2011

Guy Allix


Murmure


Comme la ville faisait des pas d'angoisse
Je me suis demandé
Quel était ce silence de poing brisé
Qui voltigeait entre les algues des enfants
Toutes ces vérités que l'on garde au secret
Dans des bas de soie

J’ai joint mon pas à la foule
Pour briser l'harmonie des tambours
Et j'ai beau porter des sacs de sang
Pareils à des loups affamés sur mes épaules


JE N’EN SUIS PAS CRUCIFIÉ POUR AUTANT



Mouvance mes mots (1984)

(poème écrit en 1973 et publié dans la revue Présence et regards en 1976)


Guy Allix

Né en 1953. Parmi ses autres recueils : Le déraciné (Rougerie, 1997) ; Solitudes (éd. Rougerie, 1999, préface de Bernard Noël) ;  Quelque part entre silence et fureur (éd. Inventaire, éd. Centre régional des Lettres de Basse-Normandie, 2001, bilingue français-italien) ; Survivre et mourir (éd. Rougerie, 2011).

Ainsi qu'un bel échange épistolaire et poétique avec Marie-Josée Christien (animatrice de la revue annuelle Spered Gouez) : Correspondances (éd. Sauvages, Quimperlé, 2011).

Son site (allez notamment rendre visite à sa superbe Anthologie subjective, tout simplement indispensable) :

http://guyallix.art.officelive.com/poemesguyallix.aspx   (ses poèmes)

http://guyallix.art.officelive.com/guyallixanthologiepermanente.aspx   (son choix anthologique)