Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2008

Juliette Beaudroit

 

 

Écoute
l’écho de tes pensées
résonner
comme une plainte
sourde et douce,


Entends
un appel triste
au fil de tes larmes
glissant comme une pluie
au long du coeur,


Murmure un sourire
et attends
jusqu’à l’aube
le jour se retourner
sur lui-même,


intranquille.

 

 

 

Juliette Beaudroit

 

Peintre. Deux sites :

http://orchis-mauve.mabulle.com
http://beaudroit.com

 

 

 

04/03/2008

Marc Fontana (2)

 

L'incrédule

 

Quelles étaient toutes ces eaux cachées en des lieux improbables si seules nuit et jour et qui se sont rejointes rampantes sinueuses pour former le grand détour le mouvement d'impatience l'élan orné de paysages

 

Veines souterraines affleurement dans les friches dans l'étendue dans la main des saisons et la durée qui ravine le cours de l'oubli

 

Pourquoi tel passage pourquoi le pli fut-il si marqué comme les pas décident à la fourche du chemin et volent le lointain dans ses premières empreintes ?

 

 

Épreuves du grand moment. - L'Harmattan, 2008. - 106 p.

- (Collection Levée d'ancre).

 

 

Marc Fontana

 

Né en 1957. Autres recueils : L'Été devenir (Barré Dayez, 1982) ; Poèmes jazz (Fer de chances, 2001). Poèmes publiés dans les revues Poésie, Arpa, Friches, Linea et Diérèse.

Nouvelliste, traducteur de l'italien (Moravia, Ripellino, Marisa Volpi, aux éditions de l'Aube) et du lituanien (Vladas Braziùnas, aux éditions de l'Harmattan), rééditeur des oeuvres de Louis Parrot et rédacteur en chef de la défunte revue Linea.

Pour plus d'informations, voir : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2006/05/marc_fontana.html

 

 

01/03/2008

Mireille Fargier-Caruso

 

 

où allons-nous

quand s'étrangle l'étonnement

des songes sur les tuiles

que faisons-nous

du coeur fermé des villes

de leurs chiffons vieillis ?

 

perdus de l'autre rive

on parle seul le soir pour se réchauffer

sans vaisseau sans accueil sans halte

tout en haut des escaliers

ouverts au vide

 

il nous faut

encore un peu de souffle

pour le refus

 

 

avec les ans

nous sommes moins assoiffés

de jour

 

 

 

Même la nuit persiennes ouvertes.

- Le Dé bleu, 1998. - 74 pages.

 

 

Mireille Fargier-Caruso

 

Née en 1946. Parmi ses autres recueils : Entre les points et la parole (Cherche-Midi, 1981) ; Limites (Le Pont de l'épée, 1984) ; Visage à édifier (Le Méridien, 1988) ; Contre-ciel (Le Pré de l'Age, 1990) ; Séquences au loin (Poésimage, 1991) ; Heures d'été ou l'envers de l'ombre (Arclettres, 1991) ; Blues notes (Le Pré de l'Age, 1992) ; Lettre à L. (Froissart, 1993) ; Dimanche, je vous aime (Pré carré, 2001) ; Silence à vif (Paupières de terre, 2003) ; Ces gestes en écho (Paupières de terre, 2006) ; Un peu de jour aux lèvres (Paupières de terre, 2010).