Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2006

Luce Guilbaud

 

 

Il faut citer la transparence

et l'errance intérieure

à comparaître devant la pluie

et nous serons lavés

de nos tristesses

et de nos nuits sans rêve

nous observerons le pic-vert

ses trajets familiers

ses choix d'écorce et d'herbe neuve

 

Nous reconnaîtrons nos choix

devant les nuages traversant nos fenêtres.

 

 

 

Le coeur antérieur. - Éditions du Dé bleu, 1998. -  83 p.

 

 

 

Luce Guilbaud

Née en 1941. Parmi ses autres recueils : La mutation des racines (Saint-Germain-des-Prés, 1975) ; L'âge des terres fluides (Arcam, 1978) ; Autoportrait à ciel perdu (Tarabuste, 1998) ; Rouge incertain (Dé bleu, 2002) ; Une pluie de non-retour (Dumerchez, 2002).

 

 

 

08:50 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie

09/05/2006

Pierre Gabriel

 

Il y a sous le silence comme l'écho d'une parole que nul, jamais, n'a prononcée.

 

Et l'on se dit que ces syllabes à peine perceptibles, vacillantes un instant encore avant de retourner à la nuit

 

Nous sont devenues tout d'un coup plus urgentes que notre vie même.

 

 

La vie en gage. - éd. de l'Arrière-Pays, 1994. - 30 p.

 

 

Pierre Gabriel (1926-1994).

Parmi ses autres recueils : Seule mémoire (éd. Subervie, 1965, Prix Artaud 1967) ; Lumière natale (éd. Rougerie, 1979) ; La seconde porte (éd. Rougerie, 1982, Prix Apollinaire 1983) ; Chaque aube tient parole (éd. Cheyne, 1988) ; La cinquième vérité (éd. Rougerie, 1994).

 

 

 

 

 

12:45 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poésie

01/05/2006

Hélène Dorion

 

Au commencement, tu sillonnes

le sentier rude de ma vie, puis sur l'ombre

ô poème, ô solitude, tu te penches

et accordes ta voix à la mienne.

 

Côte à côte nous avons marché

entre hier et demain, du plus petit

au plus grand cercle.

Parfois tu me précédais

à travers plaines et forêts

je suivais les pierres de ton passage.

 

Désormais tu prends le large et vas

éprouver le vide

de ce monde, la parfaite plénitude.

 

 

Pierres invisibles. - éd. du Noroît,  1999. - 60 p.

 

 

Hélène Dorion

Née à Québec en 1958. Vingt-cinq livres publiés, parmi lesquels : Les corridors du temps (éd. Écrits des forges, 1988) ; La vie, ses fragiles passages (éd. du Dé bleu, 1990) ; Un visage appuyé contre le monde (éd. du Dé bleu, 1990) ; Les états du relief (éd. du Dé bleu, 1991) ; Pierres invisibles (Tarabuste, 1998) ; D'argile et de souffles : poèmes choisis 1983-2000 (Montréal : éd. Typo, 2002) ; Jours de sable (éd. de La Différence, 2003).

 

 

17:10 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie