Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2006

Josette Ségura

 

 

Le visage, le miroir

 

 

Tu te penches sur nous qui n'avons que des mots,

nous errons dans ces mots,

ton visage comme un grand voile qui tombe,

perce à jour le secret de nos coeurs.

Désignés les arbres, les jardins,

ta douceur s'empare de l'instant,

la saison devient ce miroir

où retrouver les traces d'un monde toujours présent,

il sème dans l'ici,

qui comme les peupliers monte et frémit.

 

 

Le pas de l'ange. - Voix d'encre, 2002. - 44 p.

 

 

Josette Ségura

Née en 1950. Parmi ses autres recueils : La devenante (G. Chambelland, 1983), Les lieux du chant (J. Brémont, 1992. Prix Voronca), Lumière possible (Cahiers Froissart, 1994), La pêche du Moura (L'Arbre, 1998), Contre la nuit (Voix d'encre, 1999). Fonde en 1992 avec Éric Dazzan les éditions de l'Arrière-Pays (Auch). Membre du comité de lecture de la revue Friches.

11:10 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie

20/05/2006

Alain Wexler

 

 

La Goutte

 


Le fil de la goutte précipite sa chute.

Impossible de le saisir, il disparaît dans la trame.

La goutte est partie liée à sa chute.

Soit elle court vers le fil, soit le fil court vers elle.

Elle jouit aussi de la chute des autres, celles qui disparaissent dans la nuit car de ce côté-ci, c'est le jour.

Il y a dans la goutte un soupçon de nuit.

Dès qu'il se confirme, elle tombe et s'éteint.

O goutte lourde de soupçon, le fleuve est ton aveu.

 

 

Noeuds. - Le Dé bleu, 2003. - 100 p.

 

 

Alain Wexler

Né en 1944. Autres recueils : Récifs (Dé bleu, 1983) et Tables (Dé bleu, 1992), qui forment avec Noeuds trois volets d'une même recherche. Dirige la revue Verso depuis 1977.

 

10:50 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie

19/05/2006

Sylvie Fabre G.

 

Encore plus au sud, va

vers ce qui te sépare

chair obscure du sans oubli

cherche l'étendue insaisie.

Tu glanes, sous les paupières

de l'air la terre a un nom

- semailles de ton nom

elle s'invente, Italie.

 

 

L'approche infinie. - Éditions du Dé bleu, 2002. - 95 p.

 

 

Sylvie Fabre G.

Née en 1951. Quelques autres recueils : L'autre lumière (Unes, 1995), La vie secrète (Unes, 1995), Première éternité (Paroles d'aube, 1997), Dans la lenteur (Unes, 1998), Le livre du visage (Voix d'encre, 2001), Le génie des rencontres (L'Amourier, 2003), Les yeux levés (L'Escampette, 2005), Quelque chose, quelqu'un (L'Amourier, 2006).

 

 

15:15 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poésie