Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2012

Alexis Bernaut

Reichelt au matin suspendu   (extraits)

 

 

Aubes éparses ; l’une

Signe d’un liseré de sang, l’autre par principe ne signera rien :

 

Grise mal réveillée se languissant de

Gésir encore aux lignes d’horizon

À l’homme, dit-elle, d’apposer son paraphe.

 

***

 

On n’a pas encore fait mieux que le poids mort d’un homme

Pas fait mieux qu’un corps sur une ligne d’horizon

 

Qu’un mort pour peser sur la levée du jour

 

Pour qu’auprès de lui l’aube enfin veuille s’étendre

 

***

 

Aile

Ouverte en parenthèse

                     immédiatement fermée –

au matin repêché

 

***

 

« Bergère, ô Tour Eiffel », au matin suspendu,

entre principes phallique et maternel

 

Qui te fige, t’arrête, t’écartèle,

 

Qui t’a repêché, Reichelt ?

Pauvre appât

Qu’un certain Dieu relancera

au bout d’une ligne tantôt,

tout au bout d’un autre matin.

 

***

 

Pour tous, ton saut fut un spectacle

Immortalisée par la caméra, mort qui n’en est pas une, hors du temps,

Mort dérobée qui n’est pas repos éternel, tout le contraire

 

           Néant

           Répétée, répétable éternellement

 

Pas de miroir en face de toi

mais une caméra derrière toi

a capté ton image

et la terre captait ton corps

 

Ici mené d’un lointain projet

Attiré par la terre d’où tu venais et qui t’a tué

Attiré par la caméra qui t’a perpétué

Mort répétée, à perpétuité

 

Mort immortalisé

 

Comme au point exact de l’entrée dans un trou noir

 

Écartelé

 

 

(inédit)


 

Alexis Bernaut

Né en 1977. A collaboré à l'établissement des anthologies Voix Vives : de Méditerranée en Méditerranée (2011) et Enfances  : regards de poètes (2012), publiées aux Éditions Bruno Doucey.

Son premier recueil, Au matin suspendu, a été publié en mai 2013 par les éditions Rue des Promenades (Paris 19e).



18/04/2012

Luce Guilbaud (2)

 

maintenant c'est vivant

la décision d'aimer encore

il la dénude du regard

les vêtements tombent

le coeur fait mal sous le sein

toutes les mains débordent

de toutes les bouches et

renaître de cette dévoration.

 

   *

 

Danaë choisie   consent

coeur dans la bouche

avec la paume   et l'accord

de cette pluie d'or

les anneaux emmêlés

la chaleur lumineuse

de la nuit qui recouvre

le secret mal gardé.

 

   *


taureau même blanc

              même très doux

              j'aurais eu peur de lui

              il ne m'aurait pas enlevée sur son dos

cygne     je ne dis pas 

              son long col   ses caresses

              sa barque silencieuse

              parmi les herbes aquatiques

cygne     je crois

             qu'il m'aurait entraînée

             dans ses profondes neiges.


   *


quelque chose appelle

déchirure douce qui arrive

             et dit : oui

la surface sans une ride

             et dessous pourtant

les remous d'une source résurgente

cherche la trajectoire de

l'oiseau de l'ombre

qui délivre ses entrailles.



Au présent d'infini. - éditions V. Rougier,

collection Ficelle, n° 107, 2012, 32 pages.

 

 

 Luce Guilbaud

Parmi ses autres recueils : Les repaires de la nuit (Le Dé bleu, 1979) ; Présages et tremblements (La Bartavelle, 1989) ;  Le coeur antérieur (Le Dé bleu, 1998) ; Une pluie de non retour (Dumerchez, 2002) ; Rouge incertain (Le Dé bleu, Écrits des Forges, 2002) ; Une robe de feuilles (V. Rougier, Ficelle 51, 2003) ; Noir et après (Alain Benoît, 2004) ; Elle lui dirait la mer (Tarabuste, 2004) ; Sanguine (La Renarde rouge, 2005) ; Au terme de l'abeille (V. Rougier, Ficelle 87, 2008) ; Feuillée de verts avec retouches (Tarabuste, 2009).

Déjà invitée dans Poésiemaintenant, le 10 mai 2006.

19:05 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2012

Dominique Sampiero (2)

 

Héritage de la stupeur (extrait)

 

Il faut quelqu'un pour mourir. Et quelqu'un pour regarder mourir. Une fleur, un vase. Un baiser, une bouche. Un regard pour celui qui part, un regard pour celui qui veille. Ce don des larmes retenues, ce mouvement secret des sources au centre des pupilles, inachevé jusqu'à la mort et longtemps après, tissé du premier au dernier souffle entre la mère et l'enfant, laisse fléchir le monde doucement dans sa sagesse. Il s'agenouille devant le dieu de celui qui part. De celui qui s'éloigne sans se retourner. Sans revenir sur ses pas. Même si le dieu est absent dans la vie de celui qui part, l'effacement de la conscience reste une énigme dans le verre d'eau fragile de l'instant. Celui qui guette boit ce verre d'eau enfin. Celui qui part aussi. Ils boivent ensemble l'invisible fraîcheur. Mais dans leur bouche, l'un trouve la salive amère. Le pas à pas de l'absence jusqu'au dernier soupir. L'autre, la stupeur d'une présence ravivée.

Puis, celui qui meurt regarde celui qui guette comme un enfant. Avec les même yeux éblouis et blessés d'aurore. Le même cri muet. le même tremblement de faim sur les lèvres. Et le guetteur berce sa demande dans le silence craintif de ses yeux. Sous les cils d'une mère accueillant la vastitude retrouvée.  Tous deux remontent au premier lit. Au premier lien. Pour le défaire. Détisser toutes les brides enlacées qui nous apprennent à aimer. 

Celui qui meurt offre le feu de la stupeur à celui qui reste, l'énigme de sa vie ouverte pour l'éternité. Un feu que rien n'éteint jamais. Même quand on tremble de l'oublier. L'agitation qui les force l'un et l'autre au quotidien à ne pas penser à la mort fleurit en silence dans la position assise du guetteur, penché à tomber sur le lit du mourant. Et parfois il tombe, il meurt quelques secondes avec celui qui part. Jusqu'au moment de la séparation, où l'un se relève et l'autre se couche. mais elle fleurit aussi l'agitation dans l'allongement du corps de celui qui se donne à la grande et longue coulée, telle une brindille à la surface d'un étang dont la profondeur toujours recule.

Dans la chambre, les fenêtres se font plus douces, plus silencieuses. La lumière perle au front des deux initiés.

 

(inédit, mars 2012)


Dominique Sampiero


Né en 1954. Parmi ses nombreux autres recueils : Sèves, la nuit des sources (Cahiers Froissart, 1987, Prix Luc Bérimont) ;  Terre pour une légende qui n'en a plus (Cheyne, 1991, Prix Kowalski) ;  La vie pauvre (La Différence, 1992, Prix Max-Pol Fouchet) ; Grammaire du granit (La Bartavelle, 1994) ; Centre ville (Paroles d'Aube, 1995) ; Lettre par la fenêtre (Dumerchez, 1995) ;  La claire audience (Cherche-Midi, 1995) ; La fraîche évidence (Lettres Vives, 1995 et 2003) ; Les pluies battantes (Lettres Vives, 1996) ; Retour au sang (Lettres Vives, 1997) ; Épreuve de l'air (éd. du Laquet, 1998) ; Patience de la blessure (Lettres Vives, 2003).

Récits : La lumière du deuil (Verdier, 1997) ; Carnet d'un buveur de ciel  (Lettres Vives, 2007) ; Le maître de la poussière sur ma bouche (Lettres Vives, 2009).

Romans : Les fruits poussent dans les arbres (Flammarion, 2002) ; Le rebutant (Gallimard, 2003) ; Le dieu des femmes (Grasset, 2004) ; Holy Lola (avec Tiffany Tavernier, Grasset, 2004) ;  La petite présence (Grasset, 2006) ; Les encombrants (Grasset, 2009).

A paraître en mars 2012 : Bégaiement de l'impossible et de l'impensable (Lettres Vives).


Déjà invité dans Poésiemaintenant le 4 juin 2006. 

16:54 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)