Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2013

Matthieu Baumier

 

A l'instant,

 

Je cherchais le bris du temps

Et des embrasures de terre cuite

S'essayaient à la haute géométrie.

 

Voici venir l'aurore, l'angle de la nuit.

 

Les matins blancs de l'automne

S'échouent maintenant

Sur les rives désespérées

Et voici venir l'étang bleu, le matin

 

Je suis parti pour un long voyage

Caracolant à hauteur de voyelles

Et mes amis, morts, vivants

Aperçoivent une traîne de cheminements.

 

Cela s'est produit à l'instant :

j'ai vu venir la nuit, la ténébreuse,

et le sommeil du firmament.

 

 

Le silence des pierres : mystes / préface de Françoise Bonardel.

- éd. Le Nouvel Athanor, 2013. - 92 p.

 

 

Matthieu Baumier

Né en 1968. Parmi ses autres livres :

deux recueils de proses poétiques : Bâtiment désespoir (éd. Syllepse, 2003) ; L'épopée des fous (éd. Le Grand Souffle, 2006) ;

trois romans : Une matinée glaciale (éd. Pétrelle, 1998) ; Les apôtres du néant (éd. Flammarion, 2002) ; Le manuscrit Louise B. (éd. Les Belles Lettres, 2005) ;

cinq essais, parmi lesquels : L'anti-traité d'athéologie : le système Onfray mis à nu (éd. Presses de la Renaissance, 2005) ; La démocratie totalitaire : penser la modernité post-démocratique (éd. Presses de la Renaissance, 2007) ; Vincent de Paul (éd. Pygmalion / Flammarion, 2008) ;

cinq recueils de nouvelles, parmi lesquels : Les sourires de la faucheuse (éd. Éditinter, 2001) ; Les bibliothèques endormies (éd. A Contrario, 2004) ;

et une anthologie : Une anthologie de l'imaginaire (éd. Rafaël de Surtis, 2000).

Rédacteur en chef de la revue internet Recours au poème : http://www.recoursaupoeme.fr/

23:50 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, poésie

31/01/2013

Anne-Cécile Causse

Je nous ai vues respirer

sous un ciel

brûlé par nos songes.

 

Têtes lâchées

sous le poids du monde,

le soleil, prisonnier au-dedans,

merveilleux soleil...

 

Tout s'effondrait et nous parlait encore.

 

 

* * *

 

 

L'obscurité s'est jointe au souffle,

dans le même élan

avec lequel tu avais hébergé ma main,

une nuit bordée de voiles et d'éclats.

 

Un cri renversé,

léger frisson sous le soir.

Ta lumière, ta lumière...

Laisse-moi me redresser,

contempler tes lèvres sombres,

inutilisées.

 

Entre vents, forces contraires,

routes de brume, morceaux de ciel,

la pensée s'étend.

Une impression de soleil liée au souvenir de l'éclat,

l'été.

Ton odeur s'est éprise du corps,

raidi par l'idée du jour qui tarde à venir ;

halo, déposé, contre moi,

harmonie victorieuse, à tous dérobée.

 

 

L'aube, après toi. - éd. L'Échappée belle, 2012. - 60 pages.

 

 

Anne-Cécile Causse

Née en 1985. Dans le cadre de ses études universitaires de littérature allemande, elle travaille sur les rapports entre langage et silence au regard de l'expérience de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur l'expression de l'intériorité dans les poèmes d'Ingeborg Bachmann. L'aube, après toi est son premier recueil.


22:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poème, poésie

19/01/2013

Gérard Bocholier (2)

 

Elle a surgi la nuit

Sans armes toute en ondes

Fluantes d'eau de suie

 

Nous allons nous coucher

En elle le silence

Tirera sur nos ombres

Ses draps de feu mouillé

 

Comme pour notre mort

Aux bras creusés d'amante

 

* * *

 

Le bras qui menait la musique

A saisi la taille des morts

Les a fait tourner à sa guise

Des relents bruns et des racines

Aux douleurs mauves sans sommeil

 

Toute la symphonie du monde

Toutes les étreintes du ciel

Pour tant de chair bleuie de nerfs

Brisés d'yeux fous et de désastres

Au fond des crânes abîmés

 

Tout ce vent s'échappant du sas

Et ses plaintes nues de forêt

 

 * * *

 

Fidèle en peu de choses

Ce soir je reviendrai

Plus pauvre que les songes

Vendangés sous la chair

 

Le coteau sera rouge

Et rose comme en mai

La poigne de la mort

Verrouillant les mâchoires

 

Plus seul que l'arbre au bord

Du fleuve des ténèbres

Le linge et son empreinte

Oubliés dans la fosse

 

Belles saisons obscures. - éd. Arfuyen, 2012. - 120 pages.

 

* * * * * *

 

Tu m'appelles par mon nom

Tous les jours tu me soulèves

D'un souffle d'un pur passage

D'aile de lueur d'avril

 

J'attends ton dernier appel

Qui traversera mes ombres

Ta pluie qui rajeunira

Ma vie d'une eau éternelle

 

* * *

 

Du sang sur les clous des fibres

De chair collées aux échardes

Le coeur et les terres vides

A peine un fantôme d'arbre

 

Qui sait voir pourtant remarque

Un soulèvement des tertres

La lumière sur l'étable

Ta croix comme un incendie

 

* * *

 

Tes mains au couchant viendront

Tirer le drap sur ma face

L'ombre comblera le livre

Resté ouvert sur la table

 

Les étourneaux dans la vigne

Se tairont Soudain l'archange

Tiendra la balance égale

De la faute et du pardon

 

Psaumes de l'espérance. - éd. Ad Solem, 2012. - 110 pages.

 

Gérard Bocholier

Né en 1947. Parmi ses autres recueils : L'ordre du silence (éd. Chambelland, 1975) ; Le vent et l'homme (éd. Rougerie, 1976) ; Chemin de guet (éd. Subervie, 1979) ; Poussière ardente (éd. Rougerie, 1987) ; Secret des lieux (éd. Rougerie, 1990) ; Terre prochaine (éd. Rougerie, 1992) ; Un chardon de bleu pur (éd. La Table rase, 1992) ; Le village et les ombres (éd. L'Arbre, 1998) ; Chants de Lazare (éd. L'Arrière-Pays, 1998) ; Lueurs de fin (éd. Rougerie, 2000) ; La veille (éd. L'Estocade, 2000) ; Du feu jeté (éd. L'Arrière-Pays, 2004) ; Le démuni (éd. Tarabuste, 2004) ; La venue (éd. Arfuyen, 2006) ; Jour au-delà (éd. Rougerie, 2006) ; Abîmes cachés (éd. L'Arrière-Pays, 2010) ; Psaumes du bel amour (éd. Ad Solem, 2010).

Poésie pour la jeunesse : Terre de ciel (éd. Cheyne, 1985) ; Si petite planète (éd. Cheyne, 1989) ; Poèmes du petit bonheur (Hachette, Livre de poche, 1992).

Études critiques : Pierre Reverdy, le phare obscur (éd. Champ Vallon, 1984) ; Les ombrages fabuleux (éd. L'Escampette, 2003).

Déjà présent dans Poésiemaintenant, le 10 mai 2006.

12:33 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poèmes, poésie