Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2010

Alain Guillard

 

La dernière fois que je le vis, il essayait de boire, désespérément de boire une dernière bière, essayait et ne pouvait, le ventre vite au bord des lèvres. Nous étions ensemble, rien que nous deux, dans la pénombre d'un soir d'été, dans l'appartement de sa mère, ma grand-mère, blonde qui vacille aux lèvres, lèvres rouges de clown. C'était la première fois depuis toujours que nous nous retrouvions ainsi, seuls, rien que nous deux, dans cette salle à manger où tant de fois depuis l'enfance et son divorce précoce d'avec ma mère. La première fois depuis toujours, mais je peux me tromper, n'importe, il n'en dira rien, et personne désormais.

C'était un dimanche de juin, le dimanche de la fête des pères, la denière fois que je le voyais, et je n'en savais rien. Dehors, il faisait tendre, un vrai coeur d'artichaud que l'écorce tendre du soleil, les rues, le long des jardins, sentaient fort le lilas et la glycine aussi, et tournaient les abeilles et bourdons avec une idée, une seule, derrière l'antenne. Il faisait tendre et doux et c'était la dernière fois que nous échangions des silences selon une lointaine habitude.

 

 

Ombre androgyne / choix et présentation de Jacques Morin. - Éditions Jacques Brémond, 2008. - 82 p.

 

Alain Guillard

Né en 1957.  Parmi ses autres recueils : Lampes (Le Méridien, 1990) ; Dits du rapace (Encres vives, 1995) ; Confiances de l'enfance (L'Arbre à paroles, 1996) ; Lumières et interrogations du merle (éditions Jacques Brémond, 1997, Prix Voronca) ; La saison émaciée (Revue IHV - Interventions à Haute Voix, 1997) ; Actéon, la figure improbable (Épi de Seigle, 2002) ; Poursuite d'Actéon (Encres vives, 2004) ; Requiem (Encres vives, 2005).

Proses et récits : Quelque part un arc-en-ciel (Gros Textes, 2001) ; Autoportrait au miroir fêlé (Gaspard nocturne, 2001) ; Une vie renouée (Gros Textes, 2004).

Un autre extrait d'Ombre androgyne a été publié dans l'Année poétique 2009 (éditions Seghers, 2009).

 

04:40 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

03/08/2010

Valérie Harkness

 

 

reste à compter les losanges

de la cravate

avec les mots qui passent l'heure

ou les arbres de l'allée

du printemps à l'été

 

alors reste à compter

les rayures de la cravate

classique de l'homme au pantalon trop

court

des arbres

de la chute au fond de l'allée

les marrons

murs

chutent

et

les pensées

et les cris

de l'asile

 

s'y attendre

juste coller à la cravate

 

 

Sauve. - Coédition Gros Textes / Décharge

(collection Polder), 2010. - 64 p.

 

 

Valérie Harkness

Née en 1962, vit dans le nord de l'Angleterre où elle enseigne la pédagogie des langues vivantes. Précédents recueils : Doublure (coédition Gros Textes / Décharge, collection Polder, 2008) et Petite vie (éditions Chloé des Lys, Barry, Belgique, 2009). Collaboration à la revue lyonnaise Verso et à Chroniques errantes.

A paraître : Je glisse (superbe titre !), aux éditions Jacques André ( http://www.jacques-andre-editeur.eu/ )

 

 

 

03:37 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

31/07/2010

Jean-Vincent Verdonnet

 

Dans la houle de ses herbages

tu regardes fuir la prairie

qui chaque jour t'emmène un peu

 

*

 

Encore un jour pour écouter

battre inquiet le coeur du monde

dans cette gorge minuscule

à la cime du peuplier

questionnant en vain l'immense

 

*

 

La barque et le lac font la sieste

Le ciel en équilibre instable

se déleste de sa clarté

 

*

 

La fumée emprunte au silence

la douceur de ses mélodies

Jamais lassé le ciel écoute

 

*

 

Infatigable petit merle

des plus anciens jours de l'enfance

tu es revenu enchanter

l'âme pensive du vieil homme

qu'un souffle fera frissonner

ou ce nuage

qui interroge

été ton ciel énigmatique

ne se confiant qu'aux fontaines

 

*

 

Jardin d'été du presbytère

Le vieux curé s'est assoupi

laissant son bréviaire aux abeilles

 

 

 

Publié dans le n° 98 de la revue ARPA (avril 2010).

http://www.arpa-poesie.fr/

 

 

Jean-Vincent Verdonnet

Né en 1923. Plus de trente recueils publiés depuis 1951, principalement aux éditions Rougerie et Voix d'encre.

Parmi ces recueils : A chaque pas prenant congé (Rougerie, 1992) ; Où s'anime une trace (4 volumes, Rougerie, 1994-1999) ; Petit Poucet devenu grand (La Porte, 2002) ; Droit d'asile (Voix d'encre, 2003) ; Ombre aux doigts de sourcier (Voix d'encre, 2005) ; Tourne manège : récit (la Fontaine de Siloë, 2006) ; Jours déchaux (Rougerie, 2007).

Pour en savoir plus :

Jean-Vincent Verdonnet : actes du colloque d'Angers et Rochefort-sur-Loire de septembre 1998 / Centre de recherches en littérature et linguistique de l'Anjou ; textes réunis par François Durand et Georges Cesbron (Presses de l'Université d'Angers, 1999).

Jean-Vincent Verdonnet : profil d'homme, regard de poète / Marie-Claire Enevoldsen-Bussat (Éditions de La Fontaine de Siloe, 1999).

Un poète dans la classe : Jean-Vincent Verdonnet /  Jean-Yves Debreuille (Presses universitaires de Lyon ; IUFM de l'Académie de Lyon, 1998).

Jean-Vincent Verdonnet /  Joseph-Paul Schneider et Serge Brindeau (Éditions Subervie, 1981).