Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2011

Jean-Claude Touzeil (2)

 

Lignes

 

 

Il me reste

quelques lignes encore

pour dire la colline

en face la fenêtre

 

Quelques lignes d'écume

dans les champs de labour

pour dire les bateaux

dans les mains de la mer

quelques lignes à franchir

d'autres à effacer

quleques lignes à poursuivre

entre les pointillés

quelques arbres à planter

pour changer l'horizon

quelques lignes de plus

pour avoir chaud l'hiver

quelques lignes de bling

pour faire rire la guitare

quelques lignes sur le blog

un poème un post-it

comme un signe

en passant

 

Il me reste

quelques lignes encore

pour dire la colline

en face la fenêtre

 

 

In : Sillons Sillages : l'anthologie des 30 ans d'édition.

- Soc et Foc, 2009.

 

 

Jean-Claude Touzeil

 

Né en 1946. Parmi ses autres recueils : Sortie d'animots (Donner à voir, 1994) ; Apocryphes (Traces, 1995) ; Peuples d'arbres (Donner à voir, 1997) ; Haïkus doubles (L'Épi de seigles, 1997) ; Intinerrances bis (Gros Textes, 1997) ; Mine de rien (Clapas, 1999) ; Est-ce que (Donner à voir, 1999) ; Random du petit tamis (Donner à voir, 1999) ; Haïkus sans gravité (L'Épi de seigle, 2001) ; Sept dialogues d'ailleurs et d'ici (avec Patrick Joquel, L'Épi de Seigle et Gros Textes, 2003) ; Parfois (L'Idée bleue, 2004) ; Les loups donnent de la voix (avec Gilles Brulet, Soc et Foc, 2004) ; Poirier proche (Le Chat qui tousse, 2004) ; Jardins du bout du monde (Corps Puce, 2006) ; Passé composé (Clarisse, 2007) ; Petits caillous pour Gita (L'Écho optique, 2007), Café vert tzigane (Gros Textes, 2009) ; Un tour de plus (Donner à voir, 2010).

Organisateur des rencontres poétiques  Le printemps de Durcet, prolongées par Le chemin des poètes, dans la commune du même nom (c'est dans l'Orne, ça vaut le détour, cela vous a un goût de revenez-y).

Recensa jadis Quelques camerounismes (inventaire des écarts vis-à-vis du français standard), du temps qu'il enseignait du côté de Yaoundé.

Son site : Biloba ( http://biloba.over-blog.com/ ), lien ci-contre.

Déjà présent dans Poesiemaintenant, le 2 septembre 2007.

15:24 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

21/02/2011

Bernard Chambaz

 

Ce que la nuit brasse comme paysage d'immensité

Comme noir qui se creuse

Où nous devinons mais c'est assez

Pour avancer

Les rochers bordant le ciel

La sagesse d'un ange le trône

Et les feux qui vacillent dans leur niche

A cause du vent d'est

Avant que tu ne voies, le premier, le jour

Te révéler les courbes en contrebas du mont Sinaï.

 

 

Entre-Temps (Flammarion, 1997, 202 pages)

 

 

Bernard Chambaz

Né en 1949. Parmi ses autres recueils : & le plus grand poème par dessus bord jeté (Seghers, 1983) ; Corpus (Messidor, 1985) ; Vers l'infini milieu des années quatre-vingt (Seghers, 1989) ; Italiques deux (Seghers, 1992); Échoir (Flammarion, 1999) ; Été (Flammarion, 2005, Prix Apollinaire) ;  Été II (Flammarion, 2010).

Ainsi que des essais, des romans, des récits. Prix Goncourt du premier roman en 1993.

 

 

15:38 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

08/12/2010

Béatrice Douvre (2)

L'outrepassante

 

Habiter la halte brève

La rive avant la traversée

La distance fascinée qui saigne

Et la pierre verte à l'anse des ponts

 

Dans la nuit sans fin du splendide amour

Porter sur l'ombre et la détruire

Nos voix de lave soudain belliqueuses

L'amont tremblé de nos tenailles

 

Il y a loin au ruisseau

Un seuil gelé qui brille

Un nid de pierre sur les tables

Et le pain rouge du marteau

 

La terre

Après la terre honora nos fureurs

O ses éclats de lampes brèves

Midis

Martelés de nos hâtes

 

 

Oeuvre poétique, peintures et dessins

 / préface de Philippe Jaccottet.

- Éditions Voix d'encre, 2000. - 200 pages.

Poème repris dans le dossier

"Béatrice Douvre, la passante du péril"

du 4ème numéro de la revue Linea (été 2005).

 

 

Béatrice Douvre (1967-1994).

 
Nous sommes de plus en plus nombreux à estimer qu'il s'agit là d'une des voix les plus hautes de la fin du siècle dernier.

Ses textes et poèmes ont notamment été publiés par les éditions de L'Arrière-Pays (1998) et Voix d'encre (2000), ainsi que par les revues Polyphonies, Arpa, Friches, Possible imaginaire, Midi, Linea, Les Cahiers de la Baule et Poésie Première.

Une édition complète et critique de ses œuvres, rassemblées par Jean-Yves Masson, pourrait paraître en 2011 aux éditions Galaade (Paris).